Bonnes lectures

Attentats, complots, espionnage… Ce roman haletant vous fait parcourir le monde en quête de vérité. Dans les années 80, la France et les Etats-Unis subissent une vague d’attentats. La Libye est rapidement mise en cause. Aux bombardements américains sur Tripoli, la France privilégie l’action clandestine. L’explosion d’un yacht libyen et l’arrestation d’un photographe belge dans le port de La Valette à Malte plongent le gouvernement français dans la tourmente.
Sur fond de dénonciations, de mensonges et de trahisons les médias tentent de révéler une vérité gênante pour le pouvoir en place. Pour sauver leur tête, des politiciens aux abois n’hésitent pas à sacrifier leurs propres agents secrets. Au nom de la sacrosainte liberté d’expression, les journalistes d’investigation avides de scoops participent à la curée. De représailles en contre-représailles alimentées par l’égoïsme et l’ambition, les morts s’accumulent.
Au milieu de l’Atlantique, l’équipage fantôme de l’Albatros, abandonné par ses commanditaires, tente de fuir la vindicte de Kadhafi. Plongez au cœur de l’espionnage français dans ce thriller rempli de rebondissements !

À PROPOS DE L’AUTEUR Saint-Cyrien, officier parachutiste, agent secret, Field security coordinator de l’ONU, Franck Cartier a servi durant plus de vingt ans en Afrique. Il écrit sous un nom de plume.

Robert Moulié: Officier parachutiste (Indochine 1946-1955)
Carnets choisis
de Pierre Moulié

Editions l’Harmattan

Pierre MOULIE, fils du général Robert MOULIÉ, LCL ORSEM honoraire et ancien du « 6 »

Je vous informe de la sortie du livre « Robert MOULIÉ, officier parachutiste en Indochine (1946-1955) aux Editions L’Harmattan Paris en juin 2021.

Ce livre retrace les trois séjours en Indochine de mon père et notamment lorsqu’il commandait le 7 (Indochine 50/51).

COMMENTAIRE

Officier parachutiste SAS de la France Libre, Robert Moulié, après des actions en France où il est parachuté en septembre 1944 au titre du BCR A, rejoint le 2ème RCP, bataillon français de la brigade parachutiste britannique SAS comme adjoint du chef de bataillon Puech-Samson, avec lequel il participe à l’opération Amherst en Hollande. De 1946 à 1955, il effectue trois séjours en Indochine, dans des unités parachutistes. De ses six ans de combats en Indochine, il tire des enseignements concernant l’utilisation des troupes aéroportées à partir de son expérience d’officier parachutiste SAS.

PARACHUTISTES EN INDOCHINE,

de Marie-Laure DEMELAS

VENDEMIAIRE, éditeur, avril 2016, 384 pages, 24€

Quand les premiers parachutistes sont envoyés en Indochine, ils appartiennent à des unités d’élite, entraînées pour des actions spectaculaires qui doivent redonner à la France le prestige qu’elle a perdu après l’effondrement de 1940. Pourtant, ces combattants ne sont guère préparés à ce qui les attend : une guérilla sans merci qui préfigure le conflit algérien, en même temps qu’une guerre plus classique avec artillerie lourde et DCA. Équipés de bric et de broc, embarqués dans les coups le plus durs et les plus audacieux contre un ennemi redoutable, trop souvent employés à des tâches routinières et harassantes, ils payeront à cette première guerre de décolonisation un terrible tribut, lors des batailles de la RC4, à Dien Bien Phu, puis pendant de longs mois de captivité dans les camps des Vietminh.

Au plus près des sources, Marie-Danielle Demélas décrit la vie de ces soldats et de leurs officiers au jour le jour, tout en analysant sans concessions les errements stratégiques dont ils furent à la fois les victimes et les principaux protagonistes. Marie-Danielle Demélas : Docteur d’État en histoire, elle appartient au conseil scientifique du Service historique de la Défense et au comité de rédaction de la Revue historique des armées. Chevalier de la Légion d’Honneur.

COMMENTAIRE

On croyait tout savoir sur la saga des parachutistes français en Indochine, le magnifique ouvrage de Marie-Danielle Demélas nous prouve le contraire. Quelle mouche a donc pu piquer cette spécialiste de l’Amérique latine et de l’Espagne pour s’intéresser d’aussi près aux troupes aéroportées ? Le résultat est stupéfiant. Fruit d’une longue et minutieuse enquête conduite avec la rigueur de l’historienne dénuée d’esprit partisan, ce livre qui « décortique » littéralement nos régiments parachutistes, l’emploi qui en a été fait, les moyens dont ils disposaient et les combats qu’ils ont livrés va devenir une référence. On ne peut qu’être étonné par la somme considérable des documents recueillis et qu’être admiratif pour la finesse des analyses faites par l’auteur. Un travail d’autant plus remarquable qu’il a été réalisé par quelqu’un qui n’est pas de la partie.« Parachutistes en Indochine » est un livre instructif et passionnant qui mérite de figurer dans toute bibliothèque, civile ou militaire ».

Général Patrick Manificat

http://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/collectionchroniques/parachutistes-en-indochine-marie-danielle-demelas/

PARACHUTISTES EN ALGÉRIE 1954-1958

de Marie-Danielle Demèlas

Docteur d’État en histoire, Marie-Danielle Demélas, spécialiste d’histoire politique et militaire de l’Amérique latine et de l’Espagne, a entrepris d’écrire une histoire des parachutistes français de 1945 à 1962, dont un premier volume est paru (Parachutistes en Indochine, Vendémiaire, 2016). Le deuxième ouvrage « Parachutistes en Algérie (1954-1958) » vient de paraître. Pour l’historienne, il existe une légende noire des parachutistes envoyés en Algérie. La déconstruire est un impératif afin de rendre compte de la réalité de l’engagement de ces combattants, majoritairement des appelés du contingent. Des premières opérations en hélicoptère dans les djebels, réalisées dans l’improvisation et l’urgence, à la bataille des frontières, en passant par le parachutage sur Suez, la bataille pour Alger et les poursuites dans le désert, Marie-Danielle Demélas revient sur la façon dont ces soldats se sont adaptés à un conflit d’un nouveau genre. Dans un temps où les archives contemporaines du Service Historique de la Défense (SHD) se referment, cet ouvrage souligne l’importance de pouvoir interroger inlassablement tous les fonds pour permettre à un débat historique de se tenir – y compris sur les questions les plus sensibles-, seul moyen de dépasser les querelles de mémoires et les postures idéologiques.

COMMENTAIRE

Général Daniel Roudeillac (57-59)

Le tome 1 (1954-58) de « Parachutistes en Algérie » de Marie-Danielle Demélas est l’ouvrage d’une historienne étrangère à l’air du temps. L’ampleur de sa démarche (des Blizzards aux unités Marine, sans oublier le 11e Choc), la précision de ses notes, le sérieux de ses recherches témoignent d’une volonté d’inscrire son travail au rang des livres de référence. Rares sont les auteurs, en effet à avoir adopté une démarche interarmées, à redonner vie aux formations dissoutes, à mettre à ce point en valeur la personnalité et la diversité des acteurs de tous grades et origines, en service dans les plus connues comme les plus modestes formations. Le lecteur vit à leurs côtés, suit leurs engagements au fil du récit de la guerre, au Maghreb et Proche-Orient, à Alger notamment, dans les djebels, sur les frontières, dans le désert.

On retiendra aussi le rôle des parachutistes dans certains coups montés et parfois hasardeux, en quête d’une troisième force. Réussites et échecs, styles de commandement sont relatés sur un ton sans emphase servi par une langue sobre et claire.

Ce livre passionnera ; et quiconque veut savoir qui furent et sont ces soldats de l’urgence et de l’imprévu, ne pourra que décerner un “coup de cœur” à l’ouvrage, en attente du tome 2. FIN 2021

Avenue du lieutenant Jacques Desplats

81108 Castres Cedex