70° anniversaire de la participation française de l'ONU à la guerre de Corée

Le 18 mai, le ministère des Armées commémore le 70e anniversaire de la participation du bataillon français de l’ONU à la guerre de Corée.

Un peu d’Histoire…

Dans la nuit du 24 au 25 juin 1950, 600 000 soldats nord-coréens franchissent la ligne de démarcation du 38e parallèle qui divise les deux Corées. Le conseil de sécurité des Nations unies condamne l’agression et annonce la mise en place d’une force internationale fournie par les États membres pour rétablir la paix dans la région.
En septembre, une contre-offensive permet de libérer l’essentiel du territoire sud-coréen et de capturer bientôt Pyongyang. Mais à l’hiver 1950, la Chine envoie ses troupes qui se portent au secours de la République populaire de Corée.
Les combats vont s’installer à compter du printemps 1951 sur un front courant sur le 38ème parallèle.
Avec la mort de Staline en mars 1953, les négociations progressent, le Kremlin souhaitant apaiser certaines tensions en Asie et en Europe. En juillet, l’armistice est enfin signé par les principaux belligérants, achevant un conflit qui fit de deux à trois millions de morts en trois années et huit mois.
Le bataillon français de l’ONU va être engagé au combat à partir de décembre 1950. Il est envoyé constamment en première ligne, faisant preuve de courage et de ténacité, et remporte plusieurs victoires contre les troupes chinoises et nord-coréennes : Twin-Tunnels, Chipyong-Ni, Crèvecœur, T-Bone ou encore Arrow Head…
À travers ces rudes batailles, les engagés volontaires du Bataillon français se sont illustrés auprès de leurs alliés. Régulièrement postés aux premières lignes, ils ont témoigné d’une vaillance et d’une ténacité formidable leur permettant d’obtenir le respect de leurs camarades américains et de prouver la valeur de l’engagement français sur le terrain international. Sur les 3 421 soldats ayant servi au sein du bataillon français de l’ONU, il a été déploré la perte de 292 soldats dont 24 Coréens intégrés au bataillon, 1 350 blessés, 12 prisonniers de guerre et 7 soldats portés disparus.

 Comprendre le conflit :

 

Avenue du lieutenant Jacques Desplats

81108 Castres Cedex